AIDS LifeCycle : rouler pour combattre VIH et SIDA / ride to fight VIH and AIDS

Version FrançaiseAmerican Version

aids

Sélection2Version Française :

Comme depuis 1988, la journée du 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le SIDA.
A cette occasion, Scorpius Street vous propose l’interview de Ron Hirsch, un cycliste de San Francisco dont j’ai fait la connaissance sur Facebook.
En juin 2013, Ron Hirsch a participé à l’AIDS LifeCycle, un raid cycliste entre San Francisco et Los Angeles au bénéfice de la lutte contre le VIH et le SIDA. Il s’est à nouveau inscrit pour 2014. Je vous propose donc de parcourir cet interview sur l’AIDS LifeCycle.

Scorpius Street : Peux-tu me dire ce qu’est l’AIDS LifeCycle ?

Ron Hirsch : L’AIDS LifeCycle est un raid à vélo de 877 km destiné à recueillir des fonds pour la lutte contre le VIH et le SIDA. C’est un événement de 7 jours à vélo, de San Francisco à Los Angeles. Les fonds recueillis sont au bénéfice de la fondation SF AIDS et le centre LA Gay and Lesbian. En 2013, nous avons amassé plus de 14 millions de dollars. L’AIDS LifeCycle est la plus importante source de fonds pour la Fondation SF AIDS.

Scorpius Street : Quelles sont les conditions pour s’inscrire à cet événement (prix , état de santé … )  ?

Ron Hirsch : Les cyclistes de toute capacité sont encouragés à participer, et doivent avoir au moins 18 ans. Les frais d’inscription sont minimes, à peu près 90 dollars. Ensuite, chaque participant doit amasser un minimum de 3000 dollars. Ce n’est pas déraisonnable, compte tenu de ce qui est offert aux cyclistes. Le trajet est entièrement pris en charge, avec des arrêts ravitaillement, des équipes médicales et des voitures balais. Les cyclistes devraient s’entrainer pour avoir une forme raisonnable pour la course, mais si une étape est trop dure, un cycliste peut monter dans la voiture balai.

Les cyclistes viennent de partout dans les États-Unis, mais aussi d’autres pays avec une grande variété d’âges, de silhouettes, de tailles et de capacités athlétiques. Toutes les personnes sont accueillies sans tenir compte de ses préférences sexuelles, de l’orientation sexuelle,  de l’état de la maladie , ou tout autre chose de ce genre. C’est un environnement très amical.

L’AIDS LifeCycle peut accueillir 2500 cyclistes.

Scorpius Street : Combien de fois as-tu participé à cet événement ?

Ron Hirsch : Je n’ai seulement participé qu’à un seul AIDS LifeCycle, en 2013. Je me suis inscris et suis en train de récolter des fonds pour le prochain événement en 2014. J’ai des amis qui ont roulé et recueilli des fonds pour plus de dix ans.

Scorpius Street : Si ce n’est pas indiscret, quelles sont les motivations qui te pousse  à participer à cet événement ?

Ron Hirsch : Mon intérêt initial était de faire du vélo. L’AIDS LifeCycle propose de nombreuses sorties d’entraînement où tout le monde est le bienvenu. Après avoir participé à l’événement en 2013, je suis maintenant heureux de contribuer à la Fondation SF AIDS avec ma collecte de fonds. J’ai toujours été fortement touché par l’épidémie de SIDA, d’autant plus que j’ai réalisé que j’étais gay en 1978. Je ne suis pas monogame  et j’ai vécu le pire de l’épidémie de SIDA. Dans les années 1980 et 1990, des amis, des associés, des connaissances et même des membres de ma famille sont mortes du SIDA . Le VIH a coûté la vie à mon frère aîné, mon beau-frère et trop de gens pour tous les citer. Il ya des années, j’ai levé des fonds pour la Fondation SF AIDS, puis je suis resté sans rien faire pendant un long moment. Lors des événement de l’AIDS LifeCycle, j’ai appris les précieux services que rendaient la Fondation SF AIDS et je suis heureux de les aider à soutenir ceux qui en ont besoin.

Scorpius Street : Quel est le parcours de cet événement ?

Ron Hirsch : San Francisco –> Santa Cruz –> King City –> Paso Robles –> Santa Maria –> Lompoc –> Ventura –> Los Angeles

L’itinéraire propose une grande variété de routes :  à travers des paysages agricoles, le long des grands axes, des montées et descentes vallonées, le long de l’Océan Pacifique.

Scorpius Street : Peux-tu nous dire comment se passent ces 7 jours entre San Francisco et Los Angeles ?

Ron Hirsch : Chaque participant se voit attribué à un camion pour ses valises et équipements, et a un numéro de camping. Nous laissons nos valises au camion le matin. Nous roulons toute la journée. Il y a des aires de pause tous les 25 – 30 km, sur lesquels sont disponibles des toilettes portatives et sont proposés des collations, de l’eau, des techniciens de vélo et des services médicaux.

Lorsque que nous sommes sur le vélo, une équipe de 500 volontaires (connus sous le nom de « roadies » depuis qu’ils sont là pour aider sur cette grosse organisation),  aide les cyclistes. Cela inclut les pannes le nettoyage du campement, le transport de l’équipement et la mise en place du prochain campement.

Lorsque nous arrivons dans le campement,  nous récupérons nos valises et mettons en place nos propres tentes à l’endroit marqué pour nous. Le campement dispose d’une salle à manger, d’énormes camions avec douches portables et bien d’autres tentes avec des services tels que des massages, un magasin général, une station de chargement pour les téléphones cellulaire, le support technique vélo et médical.

Après le dîner, les gens traînent, se rencontrent et se font des amis. Les organisateurs de l’événement présentent différentes vidéos, conférenciers et quelques divertissements.

La plupart d’entre nous vont dormir vers 21 heures afin de se réveiller à 4h du matin pour repartir sur une nouvelle journée.

Scorpius Street : Quels sont tes meilleurs souvenirs et tes pires lors de l’édition précédente ?

Ron Hirsch : Les meilleurs : les gens. Il y a un grand sentiment de camaraderie, sachant que nous sommes à vélo sur ce long parcours. Les gens sont tous des bénévoles au service des cyclistes, ainsi nous collaborons pour servir ceux qui en sont dans le besoin, ceux qui sont touchés par le VIH. L’événement est extrêmement bien coordonné, ils offrent les meilleures vacations, malgré le campement et les toilettes portatives.

Les pires : Le confort de ma propre maison m’a manqué, comme les lampes électriques, les sanitaires et mon lit.

Si vous voulez aider Ron Hirsch a récolter des fonds, même les petites sommes sont les bienvenues, alors faites comme moi :
http://www.tofighthiv.org/goto/ronrides2014

Tout sur le AIDS LifeCycle :
http://www.aidslifecycle.org

Sélection American Version :

Since 1988, December 1st has been designated as World AIDS Day .
On this occasion, Scorpius Street presents an interview with Ron Hirsch, a cyclist from San Francisco whom I met on Facebook.
In June 2013, Ron participated in the AIDS LifeCycle, a bicycle ride between San Francisco and Los Angeles to benefit the fight against HIV and AIDS. He is registered to ride again in 2014. So I hope you will check out this interview about the AIDS LifeCycle.

Scorpius Street : Can you tell me what is the AIDS LifeCycle?

Ron Hirsch : AIDS/Lifecycle is a 545 mile bike ride to raise funds to fight HIV and AIDS. It’s a 7-day bike event, from San Francisco to Los Angeles. The funds raised benefit the SF AIDS Foundation, the LA Gay and Lesbian Center. In 2013 we raised over $14 million. ALC is the largest source of funds for the SF AIDS Foundation.

Scorpius Street : What are the conditions to register for this event (price, health…)?

Ron Hirsch : Bikers of any ability are encouraged to participate, and must be at least18 years old. The registration fee is minimal, about $90. Then, each rider must raise a minimum of $3000. It makes sense and is not unreasonable, considering how much they provide to the bikers. The ride is fully supported, with rest stops, medical teams, and sweep vehicles. Bikers should train to be in reasonable shape for the ride, but if the full day’s ride is too much, a rider can ride in the sweep vehicle.

Riders from all over the US, from other countries, a wide variety of ages, shapes, sizes, and athletic ability. All people are welcomed without regard to sexual preferences, gender orientation, disease status, or any of that sort of thing. It’s an extremely inclusive, friendly, environment.

ALC can accommodate 2500 riders.

Scorpius Street : How many times did you take part this event?

Ron Hirsch : I’ve only participated in AIDS/Lifecycle (ALC) once, in 2013. I am registered and raising funds for the upcoming event in June, 2014. I have friends that have ridden and raised funds for over ten years.

Scorpius Street : If it is not indiscreet, what are your motivation(s) to participate in this event?

Ron Hirsch : My initial interest was in biking. ALC offers many training rides, where all are welcomed. After participating in the event, I am now excited to help the SF AIDS Foundation with my fundraising. I’ve always been highly impacted by the AIDS epidemic, given I’m a gay man who has been out since 1978, I am not monogamous, and I have lived through the worse part of the AIDS epidemic. In the 1980’s and 1990’s, friends, associates, acquaintances, and even family members were dying of AIDS. HIV claimed the life of my oldest brother, my brother-in-law, and too many people to name. Years ago I raised funds for the SF AIDS Foundation, but I went silent for a long time. At ALC events I’ve learned of the valuable services of the SF AIDS Foundation and am glad to help them support those in need.

Scorpius Street : What is the course of this event?

Ron Hirsch :  San Francisco –> Santa Cruz –> King City –> Paso Robles –> Santa Maria –> Lompoc –> Ventura –> Los Angeles

The route includes a variety of road conditions: through farm country, along freeways, up and down large hills, along the Pacific ocean.

Scorpius Street : Can you tell us the 7 days between San Francisco and Los Angeles (how it works, meals, accommodation, logistics …)?

Ron Hirsch : Each rider is assigned to a gear truck, and a campsite number. We drop off our gear at the truck in the morning. We bike all day.
There are rest stops every 15-20 miles that have porta-potties, snacks, water, bike technicians, and medical services. While we’re biking, a crew of about 500 volunteers, know as “roadies” since they help on this massive road trip, is taking care of logistics to support the bikers. This includes breaking down and cleaning up the campsite, transporting the gear, and setting up the next campsite.

When bikers arrive in the next campsite, we get our gear bags, and set-up our own tents on the site labeled for us.
The campsite has a dining area, huge trucks with portable shower facilities, and many other tents with services such as massage, general store, cell phone charging stations, bike technical support, and medical.

After dinner, people hang out and socialize. The event organizers present various videos, speakers, and light entertainment.

Most of us go to sleep at about 9pm, and wake up at 4am to start the cycle once again.

Scorpius Street : What are your best memories, and your worst, in previous editions?

Ron Hirsch : Best: the people. There is a great feeling of camaraderie, knowing that we will bike this ridiculously long course, the roadies are all volunteers serving the bikers so that collaboratively we can serve those in need, those impacted by HIV. The event is extremely well coordinated, so it is the best of vacations, despite the camping and porta-potties.

Worse: I missed the creature comforts of my own home, electric lights, plumbing, and my bed.

If you want to help Ron Hirsch raise money, even small amounts are welcome, so do like me :

http://www.tofighthiv.org/goto/ronrides2014

All about AIDS/Lifecycle:
http://www.aidslifecycle.org

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Animated Social Media Icons by Acurax Responsive Web Designing Company