Bilan vélo pour mai 2014 : du vent le vent

FacebookTwitterGoogle+

Si j’ai été quelque peu flemmard sur mon blog pour ce mois de Mai, sur mon Btwin Facet 5, ce fut le contraire. Certes, pour quelques petits kilomètres, je n’ai pas atteint mon objectif de 1000 km, mais les sorties de plus de 100 km se sont succèdées et je termine ce mois de Mai en très grande forme physique. Mai a été un mois plutôt venteux, mais cela ne m’a pas arrêté, ou presque…

bilanmai2014

Le 3 mai, ma première sortie sera sous le signe de la détente, après un mois d’Avril cyclosportif et les Pyrénées Orientales. Ceci dit, le vent soutenu et défavorable dans la dernière partie de ce petit parcours de 60 km, passant par la côté des Trébaudels, reliant Cuers à Rocbaron, puis Pierrefeu. Ce vent sera un leitmotiv pour ce mois de Mai.

Le 5 mai, direction le Nord. Ce jour-là, le vent est encore présent, mais à moindre puissance. Ce jour-là aussi, j’ai retrouvé des sensations et un bien être que je n’avais pas connu depuis mes longues sorties d’il y a  plus de dix ans. Une très bonne sortie qui m’a emmené vers Méounes, puis Mazaugues pour revenir vers Rocbaron et Cuers. La redécouverte de routes que je n’avais pas fréquentées depuis des années fut un immense plaisir.

Le 7 mai, sortie « intermède » entre deux longs parcours. Tout le parcours, ou presque, a été fait sous le signe de la détente et du rythme régulier. Ceci dit, j’ai gardé le même développement, que la route soit plate, montante ou descendante. Du coup, la « bosse » de Pierrefeu et la côte du Pas du Cerf ont été montées en force, mais sans intensité, tout en danseuse.

Le 11 mai, de bonne heure, je pars en direction de Pignans. Beaucoup de mal à me mettre en route. Lorsque je quitte Gonfaron pour la route des Mayons qui m’amènera vers la Garde Freynet, j’ai l’impression d’être à peine échauffé. Du coup l’ascension vers la Garde Freynet se fait tranquillement. Ensuite, sur la route reliant Grimaud à Collobrières, la montée du Col de Périer n’a pas été facile dans son final, mais m’a permis de m’en mettre plein les yeux devant le magnifique paysage du Massif des Maures. C’est sur la fin du parcours que la forme est revenue avec une très bonne montée du pas du Cerf.

Le 14 mai, 124 km au programme, sans difficulté, si ce n’est que le vent fort et défavorable sur un peu plus des 50 premiers km m’amenant jusqu’après Brignoles, du côté de Le Val. Ceci dit, les sorties accumulées avec le vent, me permettent de bien rouler, le travail paie. Ensuite, la forme est bien restée présente jusqu’à l’arrivée. Là encore, grand plaisir à retrouver des routes « oubliées », comme le long du lac de Carcès par exemple. Le retour par Pignans et Pierrefeu, fut une formalité.

Le 18 mai, je pars pour un long périple vers l’Ouest. La traversée de Toulon au petit matin se fait sans encombre et très vite, après la Seyne sur Mer, j’attaque la montée de Notre Dame du Mai, difficile, mais avec une bonne forme. Je bascule de l’autre côté vers Sanary, puis Bandol et sa terrible côte, et continue jusqu’à la Ciotat. Là, j’oblique vers le Nord et me lance dans la côte de Ceyreste… je commence à « refaire » du repérage pour les futurs Bosses du 13, cyclosportive qui aura lieu en septembre 2014. Au sommet, sur le plateau du circuit du Castellet, j’ai déjà bien mal aux jambes et je me dis que j’ai encore pas mal de kilomètres à parcours. Pour me rassurer, je me dis que ça descend aussi pas mal sur le Beausset puis les Gorges d’Ollioules. Oui, mais voilà, le vent se montre aussi et du coup, la descente est moins agréable. J’arrive fatigué à Hyères. Sans doute la sortie où j’arrive le moins frais…

La semaine qui suit, pas de vélo. Le mercredi, le vent était trop violent et dangereux. Mais le 25 mai, je pars pour 130 km, histoire de répondre à un « pari » lancé en Mars « même pas cap de venir au Cannet »… pfff… en Mars peut-être, mais j’ai prévenu : « en Mai, fait ce qu’il te plait et va au Cannet ». Pari tenu et réussi. Niveau forme, j’avoue m’être poser des questions dans les premiers kilomètres. Certes, mon rythme était régulier, mais je ne sentais pas mes jambes, pas d’énergie et je me demandais bien dans quelle galère je me lançais. Le Col de Gratteloup est monté tranquillement et la route m’amenant jusqu’à Cogolin, puis Grimaud, s’est faite aussi tranquillement. Ceci dit, le travail des derniers mois m’a permis de rouler à un bon rythme régulier sans que je m’en aperçoive. La montée vers La Garde Freynet est aussi tranquille. Toujours pas d’énergie sur le vélo et j’en suis qu’à mis parcours environ… Et en fait, ce sera à partir du Cannet les Maures que l’énergie se réveillera enfin. Du coup, entre Le Luc, Gonfaron, Pignans et Pierrefeu, je roule avec plus d’intensité et accélère le rythme pour bien finir.

Le 28 mai, le vent fort souffle sur la région, du coup je travaille en force et en très très bonne forme. Au bout d’à peine 14 km, je me retrouve au sommet de la Montée des Selves, qui passe par la terrible montée de Solliès-Ville… oui je sais, je suis maso… je redescends ensuite par la même route pour partir vers Méounes, mais comme je suis maso, si si, je tourne vers Signes pour revenir ensuite sur Méounes et repartir vers Rocbaron. Après Pierrefeu, direction le Col de Babaou que je monte tout en intensité. Y a pas dire, c’est bon d’être en forme. Le retour sur Hyères, malgré le vent, est lui aussi un bon moment.

Le 30 mai, je pars pour ma dernière sortie du mois. Le temps est magnifique, le vent pas gênant. Direction Pierrefeu, puis Collobrières pour grimper le Col de Taillude, humide. Apparement il a plu peu de temps avant mon passage. La descente vers Grimaud et Cogolin offre un magnifique panorama sur la Baie de Saint Tropez. Après Cogolin, direction le Col du Canadel, sur sa face Nord, celle que je préfère. Une très bonne montée intense encore une fois. Puis c’est la route des Crêtes et son mauvais revêtement, mais ces magnifiques vues. Le retour par Bormes et La Londe se fait très vite, en force sur le grand plateau.

Moins de dénivelé que le mois précédent, mais plus de kilomètrage pour une moyenne horaire meilleure, la forme s’est indéniablement bien installée en ce mois de Mai.

Mai 2014 en quelques chiffres : 

  • Poids fin Avril : 72,6 kg
  • Poids fin Mai : 72,4 kg
  • Nombre de sorties : 9
  • Kilomètres parcourus : 966,66 km
  • Kilomètrage moyen/sortie : 107,41 km
  • Temps en selle : 38h02’18″
  • Vitesse moyenne mensuelle : 25,42 km/h
  • Dénivelé : 8569 m
  • Parcours le plus long : 129,61 km
  • Meilleure moyenne : 26,6 km/h

Les chiffres depuis le début 2014 :

  • Poids : Perte de 3,9 kg
  • Nombre de sorties : 45
  • Kilomètres parcourus : 3926,65 km
  • Temps en selle : 160h08′
  • Dénivelé : 41629m
  • Vitesse moyenne : 24,65 km/h

vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Social Media Icons Powered by Acurax Web Development Company
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});