Bullit et sa poursuite mythique dans les rues de San Francisco

Tout fan de San Francisco doit avoir ce film dans sa dvdthèque ou sa blu-raythèque. En ce qui me concerne, c’est le blu-ray que je détiens et qui est d’une très bonne qualité. Ceci dit, ce n’est pas le thème de cet article. Pourquoi tout fan se doit d’avoir ce film ? Tout simplement parce que l’action se déroule à San Francisco. De nombreux plans permettent de voir les maisons, les rues, et que dire de la célébrissime course poursuite…

bullit

Certes, ce film date de 1968 et San Francisco a changé depuis cette époque, cependant, pour qui a séjourné plusieurs semaines dans cette ville, il est toujours plaisant de retrouver des repères à travers les images du film. Le film… tout d’abord pour résumé l’histoire, il s’agit de l’enquête du lieutenant de police Frank Bullit, incarné par Steve Mac Queen, suite au meurtre d’un gangster qu’il était chargé de protéger. L’histoire se déroule sur deux jours, mais le tournage a duré douze semaines.

Pour préparer la célèbre course poursuite, Steve Mac Queen a fait appel à une de ses connaissances, Bill Hickman, afin qu’il conduise le véhicule que Bullit poursuit. C’est sur un circuit automobile de San Francisco que tous les deux se sont donnés rendez-vous afin de s’habituer à travailler ensemble à de hautes vitesses, jusqu’à 160 km/h. Ils se sont ainsi entraînés à se poursuivre, rouler l’un à côté de l’autre, jusqu’à être bien au point pour pouvoir débuter le tournage dans les rues de San Francisco. Deux Dodge Charger pour les gangsters et deux Ford Mustang pour Steve Mac Queen seront utilisées pour la poursuite.

Le tournage, quant à lui, s’est fait dans des conditions réelles. Ici pas de trucages et d’accélération de l’image pour simuler une grande vitesse des véhicules, Steve Mac Queen et Bill Hickman ont dévalé les rues à vitesse réelle atteignant même les 160 km/h. Mais quand on a visité San Francisco et plus particulièrement les lieux de cette poursuite sur Russian Hill, et qu’on sait que dans certaines rues, les 120 km/h ont été dépassés, on reste pantois. Plus de 25 pâtés de maisons ont été traversés. Une caméra installée sur une voiture, d’autres sur trépieds à plusieurs endroits, quelques autres dans les voitures même… le tournage est prêt à débuter.

En plus de ces deux pilotes, huit cascadeurs ont participé à cette scène. Ils étaient au volant des autres véhicules aperçus dans la poursuite, d’une moto ou encore des piétons. Tous savaient quoi faire et à quel moment précis. Tout était prévu au millimètre près… tout ? Enfin presque tout, car si vous regardez bien la poursuite, à un moment donné la voiture des gangsters vient heurter une voiture garée, à côté de laquelle une caméra avait été positionnée pour filmer le virage… caméra dont on aperçoit très brièvement les débris sur le trottoir lorsque Steve Mac Queen après avoir freiné brutalement et fait une marche arrière, continue  la poursuite.  Ce choc et ce freinage brutal n’étaient pas prévus mais furent gardés au montage et participent au réalisme de cette course poursuite.

Malgré ce que beaucoup croient, Steve Mac Queen n’a pas fait toute la poursuite. Certes, il avait exigé de faire lui-même toutes les cascades et la poursuite, mais il fut contraint de laisser sa place au volant pour les cascades les plus difficiles. Cependant, si vous avez un oeil averti, regardez bien le film. Un indice permet en effet de savoir si Steve Mac Queen est au volant ou non : le rétroviseur. Lorsque celui-ci est rabattu, c’est que ce n’est pas Steve Mac Queen qui pilote.

Puisqu’on en est à avoir l’oeil averti, lorsqu’on regarde autre chose que les deux voitures qui se poursuivent, on constate que les rues et leurs trottoirs sont plutôt déserts. Et pour cause… Les rues, où avaient lieu le tournage, ont été barrées sur autorisation du Maire de San Francisco, afin de sécuriser les lieux. Les seuls piétons qu’on aperçoit sont des cascadeurs et les seules voitures présentes sont pilotées par les cascadeurs aussi. Vous remarquez sans doute cette coccinelle verte qu’on voit à plusieurs reprises. Il s’agit là de la même séquence repassée plusieurs fois mais avec des vues différentes. Et enfin, pour en finir avec les « chipotages », observez bien les enjoliveurs de la Dodge Charger des gangsters… Elle en possède bien quatre au début de la poursuite, puis elle en perd en route lors des virages très rapides. Du coup, et c’est naturel, elle n’en a plus que trois, puis deux… oui, mais plus loin dans la poursuite voici que trois enjoliveurs sont là et même quatre sur la scène finale de la station-service ^^.

Voilà, j’espère vous en avoir appris un peu plus sur ce film et surtout une des poursuites les plus mythiques du cinéma. Je vous laisse maintenant visionner ces cascades au milieu des rues de San Francisco, des rues les plus pentues de la ville sur Russian Hill à la scène finale en passant par la Marina et le John Mclaren Park plus au sud, …

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Social Media Icons Powered by Acurax Web Design Company