2 chansons pour un cours de chant en 10 étapes – étape 1: les premiers pas…

FacebookTwitterGoogle+

Pour la deuxième année consécutive, j’ai décidé de suivre les cours de chant de Magali Dieux. Enfin quand je dis cours de chant… c’est plutôt cours d’expressions scéniques basés sur l’émotion et le corporel. Cette année le cours sera clôturé par un spectacle sur scène et non pas lors d’un repas comme l’année précédente. Autre différence, nous ne travaillerons plus une chanson mais deux cette fois-ci et nous devrions être accompagné à la guitare uniquement. Pour Scorpius Street, je vais essayer de vous présenter chaque mois, après chaque cours, le travail et l’évolution des deux chansons que j’ai choisies : « Le blues du businessman« , issue de la comédie musicale Starmania et « Je voulais te dire que je t’attends » de Michel Jonasz.

attends

Tout d’abord, pour ceux qui n’auraient pas lu l’article « L’évolution d’une chanson à travers un an de cours de chant« , sachez que Magali Dieux est donc un professeur de chant. Elle a été, entre autres, coach sur l’émission Star Academy 7. Elle est la pionnière de « Naître enchantés » qui est un ensemble de techniques qui agissent au niveau corporel, moral et mental et développant le lien mère/père/enfant. Chaque contraction est accompagnée d’un son de la mère et du père et grâce à des exercices, la future maman va ainsi acquérir une souplesse physique et une certaine force.

Le premier cours de chant de la saison 2013-2014 s’est déroulé le 19 octobre 2013. Les cours durent 3 heures et se déroulent dans les locaux de l’association Vanikoro Family. Nous sommes neuf à nous présenter devant Magali, dont trois « anciens ».  Le tout début du cours se déroule assis sur une chaise, tous en cercle, afin de se présenter et de dire pourquoi nous sommes là et ce que nous attendons du cours. Pour ma part, j’attends la même chose que l’année précédente, autrement dit, sortir des choses de l’intérieur de moi, des émotions diverses.

La suite de la première partie du cours est un travail sur la respiration ventrale, la sensation qu’elle procure et ses effets sur notre voix. Au début, la respiration est à peine audible, puis plus sonore jusqu’à sortir de vrais sons. Quelques phrases sont ensuite lancées, de manière naturelle tout d’abord, puis avec des intentions, genre douceur, colère etc…

Vient ensuite la deuxième partie du cours et devinez qui est le cobaye… Magali souhaite que je commence par « Le blues du businessman« . Assis sur une chaise face aux autres « élèves », elle me demande de chantonner simplement la chanson, sans donner de la voix. Je m’exécute donc en interprétant d’un air blasé le début de la chanson puis d’un air plus rêveur pour la deuxième partie de la chanson. Une fois les dernières paroles prononcées, Magali Dieux commence à me poser des questions. « Que t’inspire ce personnage ? » « Comment le vois-tu ? » « S’il était un animal, lequel serait-il ? » Le premier animal qui m’est venu, c’est le hamster dans sa cage dorée. Après tout, ce personnage est quelque part dans sa cage dorée, sa réussite, mais ce n’est finalement pas ce qu’il aurait voulu être… En discutant un peu, avec Magali, on arrive à partir, pour la première partie de la chanson, sur un personnage type « Hamster fou » dans sa roue, inquiétant, acariâtre, victime d’une réussite moisie. Reste à définir, pour le prochain cours, où est sa folie. Ensuite, pour la deuxième partie de la chanson, débutant à « J’aurais voulu être un artiste« , nous sommes arrivés à définir qu’il fallait que j’interprète la démesure de la réussite flamboyante. Magali m’a demandé de nommer un artiste que je trouve grandiose. Mylène Farmer étant une femme, cela ne lui convient pas. Le deuxième nom qui me vient est Michael Jackson. Voilà, comme dit Magali Dieux, il faudra que je sois un géant, le plus grand, que je montre au public que je suis imposant, lors de cette partie de la chanson.

Nous avons ensuite attaqué le deuxième titre, « Je voulais te dire que je t’attends » de Michel Jonasz. Après avoir entonné le premier couplet, Magali me traite « d’épagneul »… Autrement dit, une interprétation à la Jonasz, basée sur la tristesse qu’évoque les paroles. Le but de ce cours de chant n’est pas de faire comme l’interprète, mais d’apporter sa propre touche. Comme le dit Magali Dieux, une chanson peut être interpréter avec joie, tristesse, colère etc… si c’est bien interprété, le tout sera cohérent et bien évidemment différent de la version originale.  C’est ainsi que débute ma première « torture » dans les cours de chant… bon une petite torture pour l’instant par rapport à l’année dernière. Magali fait asseoir une des élèves à côté de moi et nous met en situation : « Tu es à l’arrière d’un bar, vous ne vous êtes pas vu depuis des années, mais tu es là pour la séduire coûte que coûte. Le truc qui marchait à fond entre vous c’était le sexe. Elle doit sentir dans ton interprétation, ton regard que ces souvenirs tu veux les revivre et lui donner envie de les revivre… un amour torride.« … La chose ne fut pas évidente du tout… j’ai du boulot pour le mois prochain du coup, car je ne suis bien évidement pas le seul à présenter des chansons ce soir-là.

Le cours se termine par un tour de parole pour dire ce qu’on a ressenti, donner ses diverses impressions sur ces premières trois heures.

Ce que je sais, c’est que je n’en suis qu’au début et que d’ici la fin, à force de révélations, d’essais, les choses changeront. Mais ce que je sais aussi, par expérience, c’est que le résultat sera à la hauteur de ce qu’attends Magali Dieux. Enfin, pour l’instant, il faut que je trouve en moi une part de folie, d’acariâtreté, de démesure, de gigantisme, d’amour torride…

vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Social Media Integration Powered by Acurax Wordpress Theme Designers
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});