Deux verres de vin

FacebookTwitterGoogle+

Ce sont deux photos qui m’ont inspiré le texte qui suit. Une photo montrant deux verres de vin et la photo d’un couple tout sourire… oui bon… ma meilleure amie et son mari en fait… mais peu importe… Direction ma « tanière » inspirante… le Bagus Kafé à Hyères, et dans un premier temps, sur mon carnet, j’ai couché une première version… inachevée… un blocage sur une transition que je n’arrivais pas à régler. Du coup je suis parti sur l’écriture d’une deuxième version du texte, la bonne dans sa généralité. Enfin, lors de la saisie informatique, la version finale prenait forme… j’espère qu’elle vous plaira… En route pour « l’histoire » de ces deux verres de vin posés sur une table, quelque part dans Aix en Provence…

deux_verres

Deux verres de vin posés tout au bout d’une grande table. Deux verres de vin, comme des jumeaux. Deux verres de vin immobiles, attendant qu’une main vienne les saisir. Chacun se déforme sur l’autre comme dans un trait d’humour. Les lumières du lieu semblent jaillir de leur paroi translucide. Propres et brillants, ils offrent un panorama circulaire sur l’endroit.

La salle paraît déformée sur leurs silhouettes arrondies et le long comptoir ondule sur le rouge du vin, mais on perçoit un espace clair, empli de convivialité. La longue table semble venir de loin pour gonfler à leur approche avant de rétrécir brièvement de l’autre côté pour se perdre sous la main d’un homme et le bras d’une femme.

Deux verres de vin, comme des jumeaux. Deux verres de vin posés tout au bout d’une grande table et cet homme et cette femme qui se dessinent sur leur calice. Leurs sourires qui s’étalent, réchauffent d’amour le vin. Le sourire qui brille dans leurs yeux dégage un tel bonheur que les verres ressentent leurs pensées… Les jours noirs ne semblent jamais avoir existés… les nuits blanches, un souvenir lointain. Et pourtant c’était encore hier… et pourtant ce sera encore demain… mais là… maintenant… pendant quelques minutes, c’est leur moment… leur moment à eux… rien qu’à eux… Un moment où tout s’oublie. La fatigue s’est évaporée, les tracas envolés. Il ne reste qu’eux… rien qu’eux. Les sources de leur amour sont sur les bancs de l’école, la chienne garde le foyer. Il ne reste qu’eux… rien qu’eux… comme figés dans une bulle temporelle d’amour et de bonheur ultime. Tant de bonheur, tant d’amour qui viennent réchauffer les deux verres de vin.

Deux verres de vin, comme des jumeaux. Deux verres de vin posés tout au bout d’une grande table. Deux verres de vin immobiles, attendant qu’une main vienne les saisir. Ils le sentent, dans le regard de cet homme et de cette femme… ils le sentent dans ce baiser gorgé d’amour qui joint leurs lèvres et qu’ils aimeraient garder graver sur leur calice… ils le sentent… Le moment tant attendu est imminent… Ils le sentent et ils le voient maintenant… Leurs mains qui se déforment en s’approchant de leur pied en témoignent… c’est maintenant… enfin… Enfin, eux aussi vont pouvoir s’embrasser brièvement le temps d’une note de musique cristalline, avant de sentir leurs lèvres encore parfumées du baiser de l’autre.

Les jours noirs ne semblent jamais avoir existés… les nuits blanches, un souvenir lointain…

vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Social Media Icons Powered by Acurax Social Profile Design Experts
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});