Funérailles d’hiver, mes premiers pas dans le théâtre contemporain

Après les trois premiers mois de cours de théâtre contemporain au sein de l’association Vanikoro, Vanessa Moskovosky, notre professeur, nous a proposé trois pièces que nous avons lues avant de voter en notre « âme et conscience » pour celle que l’on préférait. C’est Funérailles d’hiver, de Hanokh Levin, qui obtient les faveurs de la majorité d’entre nous. C’est donc sur une « tragédie » comique que je ferai mes premiers pas dans le théâtre contemporain.

funerailles

Hanokh Levin est un auteur israélien né en 1943 et mort en 1999. Il a écrit 57 pièces toutes marquées par cette « ambiance » de conflit qui règne dans son pays. Le comportement humain est souvent au centre de ses pièces et Funérailles d’hiver, écrite en 1978, ne déroge pas à la règle. En effet, les différents traits de caractères des personnalités rencontrées dans cette pièce vont de l’égoïsme au criminel en passant par la méchanceté, la mesquinerie, etc…

Le mariage de Velvétsia, fille de Shratzia et Rashèss, à Popotshenko, fils de Tsitskéva et Baragontsélé est prévu de très longue date. Mais c’est la veille de cet évènement qu’Alté Bobitshek, la tante de Shratzia, meurt, alors que son fils, Latschek, est à son chevet et recueille ses dernières volontés : que sa famille vienne à son enterrement le lendemain et reporte donc le mariage.  Mais pour les parents des futurs mariés, hors de question de repousser ce mariage. Toute cette « smala » va donc tout faire pour éviter d’apprendre officiellement la nouvelle de la part de Latschek. S’ensuit une folle course poursuite qui emmènera les spectateurs sur une plage froide sous la pluie, au sommet de l’Himalaya ou encore sur le toit d’un immeuble… Lors de ces pérégrinations, les personnages en rencontreront d’autres tout aussi étranges, tels un professeur, des sportifs, un ange de la mort, un moine bouddhiste et une belle jeune fille.

14 personnages apparaissent dans cette pièce. Au cours de théâtre nous sommes 11, certains d’entre nous vont ainsi endosser deux rôles. Deux autres rôles « lourds » en texte, seront répartis sur deux comédiens chacun.
En ce qui me concerne,  je vais jouer Alté Bobitshek, la vieille tante qui se meurt, puis Baragontsélé, le père du futur marié. Je n’en dévoilerai pas plus sur ces deux personnages pour le moment… il faudra venir voir la pièce pour connaitre leur caractère, d’autant plus qu’au jour où je rédige cet article, nous sommes en pleine phase de création de nos personnages. La caricature devrait être au rendez-vous. Quoiqu’il en soit, j’ai déjà une très forte idée de mon interprétation d’Alté, la vieille tante, et de bonnes pistes pour Baragontsélé…

La date de la représentation tarde à arriver, mais dès que j’en aurai connaissance, je vous en ferai bien évidemment part sur Scorpius Street et sur les réseaux sociaux.

You may also like...

Laisser un commentaire

Animated Social Media Icons by Acurax Wordpress Development Company