Le Raid des Alpilles 2012

Karine Saisset et Alain Prost au départ du long parcours – http://www.velo-concept.com

Cette cyclosportive a eu l’honneur de voir courir, sur son long parcours Alain Prost ainsi que Karine Saysset, Championne du monde Cyclosport en 2011. Cependant, en ce qui me concerne, c’est le « petit » parcours que j’ai choisi. Il faut dire qu’après 9 ans d’arrêt niveau vélo, ma plus proche cyclo en 1998 et une reprise en juin 2011, mon état de forme m’incitait à choisir cette distance. D’autant plus que le profil affichait 1080 m de dénivelé. Mon ambition était simple : finir sans être repris par la voiture balai et tourner à 22 km/h minimum.

Les 88 km ont pris leur envol à 10 h ce dimanche matin de Saint Rémy de Provence. Le temps était gris, menaçant, et le vent soufflait déjà assez fort. A peine un kilomètre effectué que déjà la 1ère côte, bien roulante, s’annonce. La côte des Alpilles, 3 km de montée à 4,8%.  Sachant ce qui m’attendait derrière, j’ai monté cette première ascension à un rythme régulier laissant filer loin devant le gros de la troupe. La descente fut rapide et très vite, j’ai atteint le petit chemin rural reliant Maussane les Alpilles aux Baux de Provence. C’est là que la terrible côte de Manville attendait, cynique dans la grisaille, dominée par le célèbre site des Baux de Provence. 2 km de montée pour une moyenne de 7,8% et un terrible passage de 200 m à 18%. Terrible pour les jambes. Le coeur aussi fut mis à rude épreuve en montant jusqu’à 186 battements/minute au point que j’ai hésité 3 secondes à mettre pied à terre pour éviter de le faire exploser. Mais des encouragements 50 m plus haut, signalant que la côte se calme m’ont fait tenir… et dire que dans une soixantaine de kilomètre on la montera une deuxième fois…

Le 1er km du long parcours – photo http://www.velo-concept.com

A peine le temps de jeter un oeil sur les Baux de provence à gauche que la descente vers Fontvieille nous en éloigne. Avec un autre cyclo, on prend les relais. A partir de Fontvieille, les choses se corsent… le vent fort devient défavorable et ce pendant 25 km jusqu’à l’enchainement de toutes les côtes restantes. La côte de Barbegal, le pas de la Figuière, la côte du Destet ou la descente faillit m’être fatale à la faveur d’un lacet mal négocié… la fatigue sans aucun doute et les premières gouttes de pluie qui tombaient. Et voici déjà que la côte de Manville se représente. Dans la tête on se pose plein de questions… on a mal aux jambes, il pleut de plus en plus, on est fatigué. Cependant, à ma grande surprise, l’ascension s’est mieux passé que la première fois, le coeur n’est monte « que » jusqu’à 178 battements. Enfin, la dernière ascension, avec la côte de Sarragan dans le Val d’enfer, se présente sous une pluie forte. La chaussée est trempée. La montée se fait tranquillement, régulièrement et la descente est prudente.

Le retour à Saint Rémy de Provence fut un soulagement. Tout d’abord parce que c’était la fin d’une journée difficile, mais aussi parce que la pluie commençait à redoubler en puissance et enfin parce que mon compteur affichait 22 km/h de moyenne tout rond… objectif rempli 🙂

Au classement officiel je finis 289ème sur 304 arrivants avec une moyenne officielle de 22.31 km/h, moyenne calculée grâce à la puce électronique fournie avec notre dossard.

Je suis donc plutôt content de ce nouveau contact avec le monde des cyclosportives. Les paysages traversés, je les connaissais déjà, et tant mieux d’ailleurs, car dans la grisaille, à travers le vent et sous la pluie, dans l’effort, les yeux étaient plutôt fixés quelques mètres devant la roue… Prochaine cyclosportive au programme… La Granfondo Cannondale St Tropez pour accompagner un ami dans la toute première expérience cyclo de sa vie… à suivre sur Scorpius Street.

You may also like...

Laisser un commentaire

Customized Social Media Icons from Acurax Digital Marketing Agency