Ma prestation dans Le Dindon de Feydeau en juin 2012

Un petit retour en arrière sur Scorpius Street jusqu’en juin 2012 et même mai 2012 en fait. La saison 2011-2012 était ma dernière dans le domaine du théâtre classique… et encore, juste parce qu’on m’avait demandé de jouer un extrait de l’Avare de Molière pour une représentation en Avril, puis une deuxième fin juin 2012. Ceci dit, un nouveau défi, et ceux qui me connaissent savent que j’aime les défis…, un nouveau défi donc, s’ouvre à moi le 11 mai 2012 pour être précis : le rôle de Pontagnac dans la pièce de Feydeau, « Le Dindon ». Où est-donc le défi me direz-vous ? Ben il ne vous reste plus qu’à lire la suite de cet article…

dindon

Ce vendredi 11 mai 2012, lors du cours de théâtre au sein de l’associations Vanikoro, on apprend que l’acteur qui jouait le rôle de Pontagnac dans la pièce de Feydeau, Le Dindon, ne pourrait pas être présent pour le deuxième spectacle de l’année fin juin. Même si les autres acteurs jouant dans la pièce avaient d’autres rôles dans d’autres oeuvres, il n’en restait pas moins qu’ils étaient un peu déçus de ne pouvoir jouer Le Dindon qu’ils travaillaient depuis fin septembre 2011. Personne ne se sentait de reprendre le rôle, d’autant plus que le spectacle avait lieu un mois et demi plus tard à peine. Sophie, notre professeur et metteur en scène, m’a alors jeté un regard du coin de l’oeil… ce genre de regard qui dit « dis-donc toi… tu ne joues pas grand chose cette année… tu ne te sentirais pas ?« …
Qu’est ce qui m’a pris je vous le demande… n’ayant qu’une courte scène en tant qu’Harpagon et une autre très courte dans « le médecin malgré lui », je lance à Sophie : « je te dis lundi si je prends ou pas le rôle« . Non mais je vous le redis… qu’est ce qui m’a pris…

Ceci dit, le week-end du 12 et 13 mai, je devais me rendre du côté du Verdon, à St André les Alpes pour y courir une cyclosportive. Pas loin de deux heures de voiture pour m’y rendre… oui je sais… c’est my life… mais il y a un rapport… Le samedi matin, micro-casque sur la tête, j’enregistre l’intégralité de la pièce, en changeant ma voix lorsque viennent les répliques de Pontagnac et grave le tout sur un cd-rom. Vers 10h, vélo dans la voiture, je prends la route et c’est parti… je lance les trois ou quatre premières répliques… pause… j’essaie de les dire… je relance et ainsi de suite en reprenant à chaque fois depuis le début de la pièce et ce jusqu’à arriver à St André des Alpes. Le lendemain, après la cyclosportive, le retour se fait de la même manière, tant est si bien qu’en arrivant à la maison, je suis capable de donner toutes mes répliques… bon certes avec quelques hésitations mais bon…

C’est ainsi que le lundi, j’appelle Sophie, oui ma prof…, pour lui dire que je me sens de prendre le rôle. Le vendredi, lors du cours de théâtre, premiers « essais » scéniques. Heureusement, je connaissais à peu près le jeu de scène de mon prédécesseur, ceci dit, celui-ci était jeune et interprété magistralement Pontagnac avec un air « dandy ». J’ai apporté ma « touche » personnelle au rôle… en fin je l’ai joué à ma façon, parce que le côté dandy ne me collait pas. Et du coup, tout s’est plutôt bien passé, facilité par la complicité qu’il y avait entre Coralie, qui jouait le rôle de Lucienne et avec qui j’avais le plus d’échanges, et moi-même. Du coup la pièce prit une atmosphère un peu différente. Tous les autres acteurs ont été formidables avec moi, ce qui m’a beaucoup aidé je l’avoue, à endosser ce rôle de « dernière minute ».

Un mois et demi plus tard, le grand jour est arrivé. Je vous propose donc ci-dessous, un long extrait de cette pièce dans laquelle je joue donc, Pontagnac, un coureur de jupons qui, cette fois-ci, court après le « mauvais » jupon, puisqu’il s’agit de la femme d’un de ses amis… Je suis plutôt content de ma prestation, surtout après le peu de répétitions effectuées. Mais le défi m’a motivé et je pense que le résultat ne rend pas mal pour une troupe amateur…

You may also like...

Laisser un commentaire

Social Media Widget Powered by Acurax Web Development Company