Pourquoi cette passion pour San Francisco ?

Six mois sans un nouvel article sur Scorpius Street… Six mois bénéfique pour moi au plan personnel, pour aborder ma vie « privée ». Six mois fortement consacré à l’amitié en particulier et pus précisemment à l’écriture, car oui, je me suis remis à écrire… Du coup, pour reprendre le fil des articles sur Scorpius Street, je me suis dit que je pouvais continuer sur cette dynamique. De là à croire que Scorpius Street va prendre un tournant dans sa composition… ben peut-être. Je suis encore en cours de réflexion. Ceci dit, pour revenir sur cette « écriture », quoi de mieux que d’aborder une question qu’on me pose souvent, à savoir, d’où me vient cette passion pour San Francisco.

sfreve

En général, ma première réponse est « je ne sais pas » ! Ca aide beaucoup n’est-ce pas ?! Alors oui, je ne sais pas vraiment pourquoi cette ville de San Francisco m’a attirée. Cependant, ce que je peux dire, c’est que c’est devenu un rêve… je rêvais d’aller à San Francisco. Dès que je voyais des scènes de films ou de séries tournées dans cette ville, j’étais particulièrement attentif à tout ce qu’il pouvait y avoir en arrière plan. Un rêve je vous dis. Alors certes, vous pourrez toujours me dire que c’est un rêve facile à réaliser… pas faux, il faut juste le budget pour. Et justement, en 2008, le budget fut là.  Et me voilà à évaluer le tarif des vols Air France de Paris à San Francisco. Et me voilà à visiter les sites de locations d’appartements sur San Francisco. Et me voilà à contacter une agence pour une réservation de trois semaines pour février 2009.

Février 2009, après 11 heures de vol, c’est les yeux écarquillés que je scrute autour de moi, dans le taxi qui m’emmène jusqu’à Seal Rock Drive, dans la partie Nord-Ouest du Richmond District, quasi au bord du Pacifique. Après avoir pris possession du grand appartement loué, il était temps de m’aventurer, à pieds, un peu plus au Sud, vers un supermarché que j’avais repéré sur Google Map… très pratique. Première course au Safeway et première nuit… il faut récupérer des neuf heures de décalage horaire.
Les trois semaines ont été une succession de marches à travers les rues de San Francisco, avec quelques incartades en voiture de location, vers Sonoma et le proche Nord de San Francisco. Trois semaines de découvertes, de fusion avec la ville. Trois semaines de location qui m’ont permises de vivre « un peu » à l’américaine… parce que les hôtels… bof quoi ! Trois semaines… J’avais un rêve… je l’ai réalisé et aujourd’hui j’en paie le prix. Même si j’ai eu la chance de pouvoir y retourner deux ans plus tard… j’en paie le prix… Le prix oui. Celui d’être encore plus accroc à la ville et sa région. Celui d’être en manque de la ville et de sa région. Pas un jour ne passe, pas un, sans que je ne pense à San Francisco. Pas un jour ne passe, pas un, sans que je ne vois les rues, l’océan Pacifique, les ponts, derrière mes yeux fermés. Je me sens tellement bien dans cette ville, à tous les niveaux. C’est là-bas que j’aimerais écouler mes derniers jours… mais c’est un nouveau rêve…

San Francisco me manque… J’en rêvais… j’en rêve encore plus… rêve empoisonné ? Ceci dit, ce partage avec vous me permet de relancer le blog… d’autres articles à suivre sur San Francisco et sa région, sur le vélo bien sûr et peut-être sur un autre de mes côtés « artiste » (modestement), celui de l’écriture. Peut-être… oui, peut-être partagerais-je avec vous certains de mes petits textes…

You may also like...

Laisser un commentaire

Animated Social Media Icons by Acurax Responsive Web Designing Company