Test de Tomb Raider sur PS3

La trilogie d’articles spéciale Tomb Raider sur Scorpius Street continue avec cette fois-ci un test du jeu sur PS3. Certes, je fais une petite incartade à mes tests uniquement réservés aux jeux édité par Focus Home Interactive, mais je ne pouvais pas passé à côté de mon héroïne favorite, Lara Croft… et Focus Home Interactive ne devrait pas m’en tenir rigueur. Bref, avant d’avoir le jeu, les différents articles lus ça et là sur le web ou dans des magazines, me laissaient entrevoir un jeu axé sur la survie avec des phases d’explorations, d’actions et des enigmes. Qu’en est-t-il vraiment ? Ce reboot de la saga Tomb Raider est-il digne de ses prédécesseurs ? Est-il dans la même lignée ? C’est ce que nous allons voir…

tr

Tout commence sur l’Endurance, un navire, pas un bateau hein…, de recherches sur laquelle Lara Croft est en compagnie d’autres scientifiques. A 21 ans, c’est la toute première expédition de Lara, tout juste sortie de l’université, expédition étant partie à la recherche de la civilisation disparue des Yamatais au large du Japon. Manque de chance, l’Endurance fait naufrage lors d’une énorme tempête et voilà nos scientifiques échoués sur une île, où, justement, ils vont y trouver des traces des Yamatais. Mais outre ses traces, cette île vouée aux naufrages et crashes en tout genre, vu le nombre d’épaves de bateaux et carcasses d’avions ou hélicoptères, et qui semble inhabitée, cache en réalité un groupe d’hommes plutôt hostiles. Les premiers pas de Lara sur la plage s’achèvent pas un violent coup à la tête puis un réveil tête en bas dans une grotte. Après un QTE, elle s’échappe d’on ne sait qui et se retrouve quelque part sur l’île.

Tomb Raider, un survival ?

C’est à ce moment-là que l’aspect survie apparait, puisque grâce à un arc, qu’elle trouve en chemin, le jeu nous informe qu’il faut tuer des animaux pour se nourrir à des feux de camps. Chouette, le jeu s’annonce intéressant et plutôt réaliste… sauf que non ^^ En réalité la survie est à peine survolée et la seule vraie définition du mot survie dans le jeu, ce sera celle des flèches ou armes à feu ou encore le fait de ne pas tomber dans un ravin. Cependant, il ne faut pas hésiter à tuer ces animaux, ne serait-ce que pour les points d’XP qu’ils apportent ou encore l’obtention de Trophées PS3. Ceci dit, à son premier animal tué et dépecé, Lara versera sa larme et montrera ainsi sa vulnérabilité de jeunes exploratrice sans expérience. Et c’est la que le jeu montre une partie de son potentiel. N’oublions pas qu’il s’agit d’un reboot de la saga Tomb Raider. Et lorsqu’on se met bien cette idée en tête, qu’on se rappelle toutes les aventures de Lara, on voit tout de suite ce reboot différement. Au fil de ses pas, de ses expériences sur cette île, comme son tout premier homme tué, un moment plutôt prenant, Lara progresse elle aussi, apprend (vite) de ses expériences et plus le jeu avance, plus on voit apparaitre la Lara qu’on connait.

Des énigmes, de l’exploration ?

D’ailleurs, puisqu’on en parle, quelle Lara connait-on ? Celle qui semble impassible qui arpente les régions de plateforme en plateforme, explore de grands tombeaux, résouds des énigmes pour arriver au Saint Graal. Mais voilà, là où le jeu peu déboussoler nombre de fans, c’est bien sur ce point là. Le jeu n’a presque plus rien à voir aujourd’hui. Pas d’immenses tombeaux au programme et leurs énigmes tordus. Non, ici, quelques petits et frêles tombeaux pourront se retrouver sur le chemin de Lara, et encore, ils sont facultatifs et quant aux énigmes… oups pardon…  quant à l’énigme que chacun propose… tout est affaire de logique, et en général il ne faut pas longtemps pour arriver au trésor.

Alors quoi, me direz-vous. Il est nul ? Non loin de là, bien au contraire, paradoxalement, il s’annonce comme un des meilleurs Tomb Raider, du moins à mes yeux. L’intrigue principale se suit plutôt bien et amène à des scènes de gunfight et des scènes « grand spectacle »  plus ou moins intenses à la Uncharted. On ne peut pas faire autrement que de faire un rapprochement avec Uncharted 3 au niveau du style de jeu, gunfight, scènes spectaculaires… ceci dit, il ne faut quand même pas oublier que Uncharted lui-même a puisé son inspiration dans Lara Croft hein… Bref, ces scènes d’actions rythment le jeu de belle manière et l’aspect « trois dimensions » apporte un plus indéniable puisque l’action se déroule partout. Les tyroliennes sont par exemple un excellent moyen de descendre ou monter dans les décors. Au niveau des armes, Lara maniera un pistolet, le fidèle fusil à pompe, un fusil d’assaut, l’arc et même un piolet.

Et l’exploration me direz-vous ? Que serait un Tomb Raider sans exploration hein… N’ayez crainte, Lara aura beaucoup de choses à explorer, des reliques à trouver, des documents qui apportent un plus à l’histoire, des géocaches et des défis à réaliser dans toutes les parties de l’île. Les phases de plateforme sont donc bel et bien présentent et la recherche de tous ces « items » prendra du temps, vous fera chercher le meilleur chemin pour arriver à vos fins et vous permettra de profiter aussi de vues magnifiques.

Et graphiquement ? Et musicalement ?

Ce qui m’amène d’ailleurs à vous parler de l’aspect graphique du jeu. Que dire si ce n’est que le visuel du jeu est magnifique. Les paysages et divers décors sont de toutes beautés. Lors de vos explorations, je suis sur que vous vous arrêterez par-ci, par-là, pour regarder le paysage… des moments de calme et d’apaisement dans le jeu. Les personnages sont de très belle facture. Notre Lara est magnifique. Certes elle est bien différente des autres versions du jeu sorties depuis 1996, cependant, on retrouve ses yeux et même son jeune visage. D’ailleurs, c’est en fait une nouvelle Lara qu’on découvre, non seulement graphiquement, mais aussi dans ses sentiments et ce qu’elle subit. Pauvre Lara, maltraitée par l’environnement, tabassée par ses ennemis, lachée par une échelle capricieuse ou par une verrière félée, plongée dans un bain de sang… c’est bel et bien le reboot de la série… c’est bel et bien dans cet opus qu’elle va se forger son caractère et son expérience pour ses futures aventures (passées pour nous, de TR1 à Underworld). Et dire qu’elle n’aime pas les tombeaux… Par contre, on ne saura jamais (quoique je n’ai pas encore fini le jeu, j’en suis à 80% à la rédaction de ce test), comment lui est venu cette douce et fameuse exclamation qu’elle laisse échappée du son suave de sa voix dans les autres épisodes de Tomb Raider lorsqu’elle découvre un trésor ou une relique : ahhha ! En revanche, ici Lara est plus « naturel » dans son expression vocale, allant même jusqu’à lâcher un ou deux mots grossiers sur le fait d’une action.

La bande sonore, justement, est à la hauteur de tous les Tomb Raider. Une magnifique musique symphonie rythmant parfaitement le jeu. Parfois, on sent à l’oreille l’ancienne mélodie sur 3 ou 4 notes qui s’enchainent. Le style est toujours là, fidèle à la série.

Du multijoueur dans Tomb Raider ?

En revanche, ce qui n’est pas du tout fidèle à la série, et tout nouveau, c’est l’apparition du mode multijoueur. Facultatif me direz-vous, sauf pour les chasseurs de trophées PS3. Ceci dit, 4 modes multitjoueur sont disponibles, le classique Mêlée générale et son chacun pour sa peau, le Deathmatch par équipe et deux modes plus intéressant, Sauvetage, où il faut que l’équipe des Survivants ramènent une trousse de soin à un point précis, et les Solarii doivent les en empêcher, bien évidemment et le mode Appel à l’aide où il s’agira, pour les Survivants, d’activer des communications et pour les Solarii… empêcher cela. Ces deux derniers modes se jouent en deux parties gagnantes, donc au maximum trois parties en cas d’une victoire pour chaque camps. Quelque soit le mode multijoueur choisi, vous gagnerez de l’expérience et de « l’argent », en fait différents bric à brac pour améliorer ses armes. Donc au fil des parties, vous pourrez améliorer ses armes, en gagner et débloquer de nouveaux personnages. Le mode multijoueur est plutôt sympa, loin des FPS bien évidemment, mais graphiquement correct, mais moins que le jeu solo lui-même.

Hors multijoueur, la durée de vie de l’histoire solo est plutôt correcte si on ne se cantonne pas bêtement à suivre la trame principale uniquement, bien évidemment.

Bon et alors, finalement ?

Alors, pour conclure, je dirais que si vous êtes un fan inconditionnel de Lara Croft, et que vous « communiez » avec elle dans ce reboot, ce jeu ne pourra que vous plaire. Si vous êtes un fan de Tomb Raider, premier du nom, voire le 2ème ou même Underworld, et donc que l’exploration de tombeau et leurs énigmes sont indispensables, vous risquez d’être un peu déçu. Mais si vous êtes fan de l’exploration à la Tomb Raider, alors bienvenue ^^ En revanche si vous êtes plutôt fan des opus plus « actions », comme Legend par exemple, alors, ce reboot ne devrait pas vous déplaire. Et enfin, si vous avez aimé Uncharted, vous aimerez Tomb Raider, c’est plutôt similaire, l’humour en moins mais les sentiments en plus, et surtout bien plus de profondeur que sur Uncharted.

Ma note globale : 17/20

J’adore :

  • Les débuts de Lara et son personnage qui se forge.
  • Le gameplay et le système de combat.
  • La bande son, comme toujours magnifique.
  • Les graphismes et les paysages.
  • Les phases d’exploration.
Je n’aime pas : 
  • Le manque d’exploration dans de grands tombeaux « à l’ancienne ».
  • Le manque d’enigmes, là aussi « à l’ancienne ».

You may also like...

Laisser un commentaire

Animated Social Media Icons by Acurax Responsive Web Designing Company