Tour de France 2013 – 100ème édition sur PS3 : le test

Cyanide, le développeur du jeu, et Focus Home Interactive, l’éditeur, reviennent pour la 3ème année consécutive sur PS3 (et Xbox) avec le jeu Tour de France 2013 – 100ème édition. Beaucoup de nouveautés apparaissent, en particulier au niveau du gameplay. Le jeu gagne en graphisme, en immersion et en dynamisme. Allez, c’est parti pour mon test du jeu…

tdf2013

Dans les deux premiers opus, 2011 et 2012, le joueur pouvait choisir un coureur à gérer avant le départ. Ensuite, durant les étapes, on alternait entre des zones jouables et des zones simulées par le jeu. Dans Tour de France 2013 – 100ème édition, le joueur choisit encore un coureur à diriger avant le départ, mais notez que là, j’utilise le mot « diriger » et non pas « gérer »… En effet, première grande nouveauté, on joue réellement le coureur que l’on a sélectionné. C’est à dire qu’il va falloir choisir les trajectoires de notre coureur, alors que dans les opus précédement, elles étaient automatiques. Voilà d’emblée qui ajoute du dynamisme et un aspect plus simulation au jeu. Les descentes, en particulier, deviennent très tendues. Sachez que comme pour une simulation automobile, vous pouvez choisir d’afficher ou non la trajectoire idéale sur le bitume.

Autre nouveauté, on peut jouer une étape du kilomètre Zéro jusqu’à l’arrivée sans interruption, plus de zones simulées obligatoires. Ce qui n’empêche pas, à tout moment, via un menu, de choisir de simuler la course pendant la durée qu’on souhaite. Voilà qui devrait satisfaire bons nombres de joueurs qui râlaient à propos des zones simulées.

Outre ces deux importantes nouveautés bienvenues, beaucoup d’autres sont présentes et ajoutent un plus indéniable à la qualité du jeu et à son dynamisme. Par exemple, le choix du type de ravitaillement et de son impact est beaucoup plus grand. L’intervention du Directeur sportif est régulier durant l’étape. Il nous informe par exemple que tel coureur est laché, ou encore que tel coureur attaque. Il va même jusqu’à nous dire que le coureur qui attaque est, ou n’est pas, dangereux pour le classement général. Il nous signale un virage dangereux ou nous annonce qu’on attaque tel col, que la pente va être forte… Bref, pleins de petites choses qui font que l’immersion dans la course est vraiment bonne. A noter aussi qu’à chaque équipe correspondent des défis avec des trophées (dans le jeu, et non pas Playstation) Bronze, Argent, Or et Platine qui donnent encore plus de dynamisme au jeu.

Autre nouveauté, par une simple touche, on peut afficher des infos comme les écarts, les différents classements généraux. Via une autre touche, on peut afficher une sorte de roue des coureurs qui nous entourent et demander des infos sur eux.

Parmi les autres nouveautés, l’utilisation de l’oreillette a changée. Via une touche de la manette, on affiche une sorte de roue sur laquelle apparaissent nos coureurs. A partir de là, on peut donner différents ordres à chacun d’entre eux, comme « relayer (à différentes allures) », « attaquer ou suivre les attaques », « protéger un coureur donné » etc… Et toujours à partir de cette roue de nos coureurs, grosse nouveauté qui là encore, ajoute au dynamisme et à l’immersion dans le jeu, la possibilité de changer de coureur à tout moment. Imaginez un peu, sur une étape de montagne, dès le début de l’étape vous choisissez de diriger Chris Anker Sorensen pour passer le maximum de sommets possibles en tête… objectif maillot à pois. Vous attaquez (petit plateau ou grand plateau… c’est vous qui choisissez). Une fois que vous avez pris une petite avance avec deux ou trois coureurs adverses et que vous avez demandé à deux équipiers de géner les relais, via la roue de vos coureurs, vous prenez le contrôle de Contador et demandez à Kreuzinger de vous protéger et à Nicolas Roche de suivre les éventuelles attaques. Alors que l’échappée n’est pas loin du sommet du 1er col, vous reprenez le contrôle de Sorensen histoire d’essayer de prendre la 1ère place au sommet, puis vous revenez sur Contador pour surveiller vos adversaires, et ainsi de suite… Et on peut imaginer bien plus compliqué que ça encore !

Indéniablement, Tour de France 2013 – 100ème édition gagne en dynamisme donc.

On peut regretter certaines licences, mais très peu, de certaines équipes. Du coup, certains coureurs ont des noms comme « Vroome » au lieu de Froome… Mais heureusement, on peut modifier et le nom des équipes et le nom des coureurs.

Graphiquement, le jeu est plutôt réussi. Certains diront que les spectateurs sont statiques… mais imaginez un peu si le jeu proposait une grosse foule en mouvement… y a de fortes chances que ça le ralentirait. Les coureurs sont bien réussis et leurs mouvements sont fluides. Quand au décor ils sont de bonnes factures et leur qualité suffit amplement quand on sait qu’on est constamment les yeux rivés sur la route, pour éviter de finir sur le bas côté ou de chuter dans une descente… D’ailleurs, à propos de chute, autre nouveauté du jeu, la chute collective. Il n’est pas rare, lors d’étapes en ligne, d’entendre le directeur sportif annoncer ce type de chute. J’ai d’ailleurs réussi à échapper à l’une d’entre elles qui s’est passée juste devant moi.

En mode solo, vous pourrez aborder le jeu de trois manières, soit faire les étapes individuellement (bof), soit faire un Tour Rapide (7 étapes), pas mal pour se faire la main ou bien faire un Tour complet, ce qui est tout de suite bien plus intéressant. Un mode en coopération est aussi apparu. Ainsi, avec un ami, vous pourrez vous alliez dans une longue échappée par exemple. Sachez qu’il est aussi possible de jouer à deux sur la même console, en écran splitté, ce qui peut être sympa.

On pourra peut-être regretter qu’un didacticiel jouable ne soit pas au rendez-vous. Le didacticiel se résume à une série de pages statiques…

Ceci dit, Tour de France 2013 – 100ème édition est pour moi un bon jeu, en tout cas pour les fans du Tour et du cyclisme en général. Les stratégies qu’on peut mettre en place, le fait de pouvoir jouer les étapes du départ à l’arrivée et le changement de coureur à la volée pendant la course en font un jeu dynamique et très prenant. La possibilité de changer le nom des équipes et des coureurs, le respect des étapes réelles du Tour, les infos utiles pendant une étape, achèvent l’immersion dans le peloton du Tour de France.

Ma note globale : 15/20

J’ai adoré :

  • La possibilité de passer d’un coureur à un autre pendant la course
  • Les interventions du Directeur Sportif
  • Le fait de choisir les trajectoires du coureur
Je n’ai pas aimé : 
  • Le didacticiel trop succinct
Le site officiel du jeu : http://www.cycling-manager.com/pcm/
Le trailer de présentation du jeu :

You may also like...

Laisser un commentaire

Social Network Integration by Acurax Social Media Branding Company